USA – Fort Laramie – Wyoming

Sep 29, 2018 | Amériques, Balade Amériques, du colorado au nebraska, USA, Wyoming

Témoin et acteur de la ruée vers l’ouest
Après un arrêt à Cheyenne, capitale du Wyoming, nous avons prévu d’aller visiter Fort Laramie, un des lointains souvenirs des westerns que je regardais ado avec mon père. Fort Laramie, c’est le point de convergence de toutes les pistes de l’Ouest, l’Oregon, les Mormons, la Californie, le Pony Express, ainsi que pour la ligne de diligence Cheyenne – Deadwood. C’est aussi le lieu des signatures de plusieurs traités avec les Lakotas.

Nous prenons la I25 vers le nord. A Wheatland, nous prenons sur la droite la WY 160 East.  Nous traversons durant ce trajet les plaines du wyoming qui jouxtent les rocheuses. C’est une succesion de troupeaux de vaches noires disséminées dans ces prairies immenses. Nous nous sentons un peu seuls dans cette immensité. Il est important de prévoir le plein d’essence et du ravitaillement comme eau et petits gâteaux avant de partir car il y a peu de stations sur notre chemin.

Avant d’arriver au fort, nous passons devant un vieux pont militaire emjambant la “Platte river”. Ce pont à position stratégique, construit en1875 a été bien restauré. C’est un endroit bien tranquille avec une rivière qui s’écoule tout doucement.
Un stop à fort Laramie
Au premier abord, ce n’est pas ce qu’on attend d’un fort pour nous qui avons petits, été sevrés aux westerns. Pas de grande porte en bois qui se refermait à l’arrivée de la horde d’indiens poussant des cris de sauvage. Il y a encore quelques peupliers qui entourait le premier fort. Mais le travail de restauration qui est toujours en cours est tellement bien fait qu’on se plonge facilement dans cette dernière moitié du XIX e siècle.
Tout d’abord un petit tour au “Visitor center” s’impose. Toujours aussi bien tenu par les rangers des parcs nationaux, on apprend beaucoup de choses sur les évènements qui se sont passés durant cette période avec films et exposition à l’appui (armes, uniformes, objets de la vie quotidienne…). . Un tipi lakota est installé au milieu du centre. Les rangers sont à notre disposition pour toutes explications et viennent vous accueillir.
La visite du site est gratuite un dépliant bien fourni nous aide à planifier notre visite. Télécharger ce plan Ici
Le “Visitor center” se trouve dans ces anciens bâtiments de stockage de marchandises. Il est ouvert de 8h à 16h30.

Ne soyez pas étonné de voir ce panneau à l’entrée des toilettes à l’extérieur des bâtiments. Ces toilettes en sous-sol servent également d’abri en cas de passage de tornades, fréquentes dans les grandes plaines du middle-west. C’est pas très grand mais au moins on peut attendre la fin de cet épisode météorologique sereinement.

Aerial view of Fort Laramie National Historic Site. Vue Nord-ouest JOHN GILPIN

INFOS SITE

  • Adresse: 956 Gray Rocks Road Fort Laramie, WY 82212.
  • L’accès au site est gratuit.
  • Il est ouvert toute l’année de l’aurore au crépuscule (fermés pour Thanksgiving, Noël et Jour de l’An)

DOCUMENTATION

HEBERGEMENT SUR PLACE

Nous ne sommes que passer à Fort Laramie, mais si vous devez faire une étape nuit, vous pouvez trouver motels et hotels aux environs du parc sur les villes de Fort Laramie, Torrington ou Guernsey. Vous trouverez un camping et un parc pour Camping-car sur la ville de Fort Laramie et au Guernsey State Park

METEO DU JOUR

Temps chaud et sec (33°C)

REPERES HISTORIQUES

En 1834, Robert Campbell et William Sublette établissent le premier «Fort Laramie» près de la confluence des rivières North Platte et Laramie. Officiellement nommé Fort William, le poste mesurait 100 pieds par 80. Des buches de peuplier taillées de 15 pieds de haut formait sa palissade.

 Il a profité d’un quasi-monopole sur le commerce du de la peau de bison jusqu’en 1841 quand un commerce concurrent, Fort Platte, a été construit à un mile de distance. La rivalité a conduit les propriétaires de Fort William à remplacer leur propre fort vieillissant par un plus grand, qui fut nommé Fort John. Les trappeurs ont vécu des vies difficiles, passer des mois à patauger dans les ruisseaux de montagne, piégeant le castor et d’autres mammifères à fourrure. À partir de 1825 et ce pendant 16 ans, les trappeurs se réunissaient à un rendez-vous annuel pour échanger les prises de leur année de fourrures par les fournitures.En automne des tonnes de peaux de buffle et d’autres fourrures étaient expédiées vers l’est.

Alors que le nombre de peaux de buffle diminuait,le rôle de Fort John changea. En 1841, les premiers émigrants à destination de l’ouest sont arrivés. Au cours des deux décennies suivantes, des dizaines de milliers d’émigrants à destination vers l’Oregon, la Californie et la vallée du lac salé firent étape au fort.

En 1849, l’armée américaine a acheté Fort John dans le cadre d’un plan visant à établir une présence militaire le long des sentiers d’émigration. Renommé officiellement Fort Laramie, il a servi de poste militaire pour les quatre prochaines décennies. Peu après son arrivée, l’armée construisit des écuries, une boulangerie, un corps de garde, et poudrière pour loger et soutenir la garnison. 

Comme sa taille et son importance ont augmenté, Fort Laramie est rapidement devenu le principal avant-poste militaire sur les plaines du nord. Le fort était aussi le centre de transport et de communication pour la région centrale des montagnes Rocheuses. Les pistes d’émigration, les lignes de diligences, le Pony Express et le télégraphe transcontinental… tous passaient par le fort.

Fort Laramie a accueilli plusieurs négociations de traités avec les Nations indiennes des Plaines du Nord. Les plus célèbres parmi ces traités étaient les Traité de Horse Creek de 1851 et le Traité de 1868 qui reste controversé et contesté à ce jour.

Les relations entre les tribus indiennes et l’armée se sont détériorées à mesure que le nombre d’émigrants sur les sentiers gonflait. Au fur et à mesure les conflits augmentaient. l’armée lança des campagnes importantes à partir du fort Laramie contre les tribus des plaines du nord qui défendaient durement leur patrie contre tout empiètement par une nation non améridienne se déplaçant vers l’ouest. Avec la fin des « guerres indiennes », l’importance de Fort Laramie a diminué.

En 1890 l’armée américaine a abandonné le poste et l’a vendu aux enchères publiques

Une pyramide célèbre le passage du Pony express à Fort Laramie

Visite de quelques bâtiments restaurés

Les quartiers de la cavalerie

Il s’agit du plus grand batiment du fort. Bâti en 1874 pour ajouter des logements pendant les guerres indiennes, les soldats dormaient au premier étage. La cuisine et le réfectoire étaient en bas.

Post Trader’s Store (1849)

Construit et géré par un civil licencié par l’armée, le magasin fournissait les soldats, les indiens et les émigrants. Le magasin est restauré à son apparence des années 1860.

Quartiers du lieutenant-colonel (Burt House,1884)

Le Lt. Col. Andrew Burt, était le commandant en second du fort et dirigeait l’infanterie. Il vivait dans cette maison avec son épouse Elizabeth et ses enfants 1887 à 1888. Cette maison est aménagée de meubles d’époque victorienne. (Dons de la famille Burt)

Old Bedlam (1849)

Ce bâtiment à été construit pour loger les officiers célibataires. Old Bedlam» est le plus ancien bâtiment documenté du Wyoming. Le côté droit a été restauré comme quartier des officiers célibataires dans les années 1850, le côté gauche comme quartier général des années 1863–1864, avec l’habitat du commandant du fort de l’époque, le lieutenant-colonel William O. Collins, et de son épouse au deuxième étage.

les quartiers du Capitaine (1870) et ceux du chirurgien (1875)

Le chirurgien Louis Brechemin et sa famille vécu dans la moitié de ce duplex de 1885 à 1889. Les patients étaientt soignés là avant d’être envoyés à l’hôpital pour récupérer.

%d blogueurs aiment cette page :