Les Pénitents de Haute-Provence

par | Août 6, 2020 | Alpes de Haute-Provence | 0 commentaires

 

Lors de votre descente dans le sud par l’A51  entre Gap et Aix en Provence, pointez votre regard vers la gauche lorsque vous dépasserez Sisteron.  Une large roche assez singulière apparaîtra : Ce sont les Pénitents.Ils protègent de leur hauteur de plus de 100 mètres le village des Mées.

Leur forme particulière est due à l’érosion de leur roche en Pouldingue formée il y a quelques millions par consolidation des débris rocheux arrachés à la chaine alpine et roulés par la Durance.

Plus d’une vingtaine de légendes existent pour expliquer ces formations rocheuses avec pour certaines des troncs communs. Voici une des plus connues.

“En ce temps-là, les Sarrasins étaient solidement implantés en Provence et dans notre département, bien sûr, on les trouvait entre Buech et Jabron, dans les collines de Peirempi, Bevons, seigneur de Noyers et son ami Raimbaud, seigneur des Mées dirigèrent une opération guerrière contre ces Sarrasins. Les ayant vaincus, ils pénétrèrent dans leur camp où ils firent prisonniers 7 magnifiques Mauresques. Raimbaud devait se charger de les amener en Arles par radeau naviguant sur la Durance. Mais un sentiment très humain se fit jour en lui : le désir. Il les retint pour lui et les installa dans une demeure qu’il possédait entre Dabisse (un lieu-dit des Mées) et Oraison. Contrairement à ses habitudes qui étaient de chasser, de parcourir ses terres ou de guerroyer, il s’enferma chez lui. Nul ne le vit. Ses paysans et autres vassaux commencèrent de jaser. Le scandale s’enfla à tel point que le prieur du monastère de Paillerols (entre Oraison et Les Mées, il n’en reste rien de nos jours) décida d’intervenir ; il fut repoussé violement par Raimbaud qui continua sa vie de péchés. Menacé d’excommunication, il fit sa soumission à l’Eglise et demanda à rendre les 7 Mauresques. Pour que son humiliation soit complète, les autorités religieuses décidèrent que cette restitution se ferait un dimanche, à la sortie de la messe devant tout le monde assemblé et que les Mauresques traverseraient le village dans toute sa longueur. Le dimanche suivant, elles sortirent de la demeure où le Seigneur des Mées les avaient séquestrées pour son plaisir. Escortées de moines de l’abbaye voisine, elles s’en furent vers la Durance pour prendre le bateau qui devait les conduire en Arles. Lorsqu’elles parurent, les moines, du prieur au plus humble frère convert, eurent des regards de concupiscence. Mais de l’autre côté du fleuve veillait un ermite qui allait devenir St. Donat, pour leur éviter le péché, il les transforma en statue de pierre. La légende continue en racontant que la croix du prieur de Paillerols, qui était sur sa poitrine, est restée gravée dans un rocher.”

Sources: Le site BassesAlpes

Il est dit aussi dans un autre conte que lorsque miséricorde sera accordée, le temps reprendra ses droits, et les moines, sous leurs capuchons de pierre, redeviendraient poussières, entraînant avec eux cette montagne si particulière.

Un pénitent s’écroule

Le 2 décembre 2019, un des «Pénitents» de la commune, dus à des conditions météorologiques très défavorables des jours précédents qui a rendu une partie du terrain très instable s’est effondré partiellement sur le village. On a recensé deux blessés et l’éboulement a provoqué la destruction de trois maisons et de deux autres partiellement. Une importante rupture de gaz et d’électricité a été provoquée par l’éboulement. Le 27 mai 2020, le reste du pénitent a été dynamité en toute sécurité car il menaçait de s’effondrer complètement.

  • Les Mées est la plus grande commune oléicole des Alpes de Haute-Provence avec près de 80.000 oliviers autour du village. Plusieurs moulins à huile sur la commune peuvent se visiter toute l’année.

DOCUMENTATION

%d blogueurs aiment cette page :