Les Badlands, c’est une terre extraordinaire où se rencontrent des roches érodées en buttes, pinnacles et flèches et une belle et grande prairie protégée.  Cette région est située dans le sud-ouest du Dakota du Sud, à seulement à 70 km à l’est de Rapid City. Les Badlands sont formés par des roches meubles et friables permettant une érosion rapide. Les Lakotas les appellent « Mako Sica » et les trappeurs métis franco-indiens les ont baptisées « Mauvaises Terres ». Pour les indiens, la partie « roches » de ces terres étaient inexploitables pour la cueillette et la chasse. Ils chassaient par contre dans la prairie au nord. Pour les colons, ils sembleraient que ces terres étaient peu compatibles avec la culture et l’élevage, et peu s’y sont installés.

Official Badlands National Park Map

Le parc national se divise en deux unités principales. La North Unit , classée monument national en 1939, est la seule partie aménagée du parc nationale et la South Unit (ou Stronghold Unit), au sud de la Highway 44 dans la réserve indienne de Pine Ridge. Cette zone est nettement plus sauvage que la zone nord.  Les routes, points de vue et sentiers sont en nombre très restreints. Le parc national des Badlands est bordé par la White River au sud, et par la rivière Cheyenne au nord.

Les Habitants des Badlands

Si vous aimez la paléontologie, les Badlands sont fait pour vous. La région est riche en sites paléontologiques de l’ère oligocène (23 à 35 millions d’années avant notre ère), permettant aux scientifiques d’étudier l’évolution des espèces de mammifères comme les chevaux, les moutons, les cochons et les rhinocéros.

De nos jours, une faune sauvage réside dans les limites du parc national.  On peut observer Du fait de sa végétation steppique, des troupeaux d’herbivores comme le cerf, le Pronghorn (l’antilope américaine), le Big Horn (le mouflon américain), le daim ou le bison d’Amérique du Nord. Le bison, disparu en 1880 a été réintroduit en 1963. Le mouflon disparu en 1926 a été réintroduit en 1964.Outre ces grands herbivores, les rongeurs sont très nombreux à exploiter la prairie, comme les adorables chiens de prairies à queue noire. Le carnivore le plus représenté est le coyote. Les serpents à sonnette (rattlesnakes) sont bien représentés dans les Badlands. Etant prévenu par de nombreux panneaux, il est conseiller de rester sur les sentiers balisés et surveiller les enfants. Malheureusement on regarde plus ses pieds que le paysage.

INFOS SITE

Badland National Park
  • Adresse: 25216 Ben Reifel Road Interior, SD 57750
  • Le parc est ouvert de l’aube au crépuscule. Le visitor center est ouvert de 8h à 18h. 
  • Tarif : l’entrée du parc est de 20 $ par véhicule pour 7 jours.  Vous pouvez utiliser votre pass annuel “America the Beautiful” pour entrer dans le parc.

Précautions à prendre pour visiter le parc

  • Dans les Badlands, les étés sont chauds et très secs. Il n’y a aucune ombre, n’oubliez pas vos lunettes de soleil, crème solaire et chapeau et gourde d’eau. 
  • Prévoyez également un vêtement de pluie car les conditions météorologiques changent rapidement: Occasionnellement des orages aussi violents qu’imprévus se produisent grossissant les cours d’eau. Ils faut rapidement quitter les rives dès que le ciel change.
  • Restez vigilants sur les chemins. Portez des pantalons longs et des chaussures de marche adaptées. Regardez bien où vous mettez les pieds, surtout les hautes herbes.

DOCUMENTATION

CREDITS

  • Photos-aquarelles Dominique leleu  (les caterina on the road)

HISTOIRE DU PARC

Pendant près de 11 000 ans, les Amérindiens utilisent la région comme terrain de chasse. Ce sont d’abord des Paléoaméricains, puis des Arikaras. Les traces archéologiques, ainsi que les traditions orales, indiquent que ces tribus vivent dans les vallées où coulent des eaux vives et où il y a du gibier à proximité tout au long de l’année. Il y a 150 ans, Les Lakotas, notamment les Oglalas chassent ces populations vers le nord. Vers la fin du XIXe siècle, des colons européens s’installent dans le Dakota du Sud suite au « Homestead Act » et le gouvernement fédéral des États-Unis force les Amérindiens à vivre dans des réserves.

Les colons installés dans la région commencent à mettre cette région difficile en valeur. Le Homestead Act  leur a attribué environ 65 ha ; or il s’avère que cette superficie est insuffisante pour des terres aussi difficiles en climat semi-aride. Cependant, certains parviennent à subsister, vivant (à cause du manque de bois) dans des cabanes construites avec des blocs de pelouse et se chauffant avec de la bouse de bison séchée.  Il existe cependant toujours actuellement quelques exploitations possédant un élevage de bétail et produisant des graminées, notamment du blé d’hiver.

L’armée de l’air américaine rachète au gouvernement tribal de la réserve indienne Pine Ridge 1383 km² de territoire, incluant la plus grande partie des badlands au nord de la réserve en 1942 pour en faire un terrain d’entraînement pour ses bombardiers. En 1968, l’armée déclare que la plus grande partie de ces terrains ne lui sont plus d’aucune utilité et ne conserve que 2500 hectares de terrain pour installer les silos de missiles intercontinentaux destinés à assurer l’équilibre de la terreur avec l’Union Soviétique. La plus grande partie des terrains rétrocédés sont alors confiés à l’administration du National Park Service (NPS) et ajoutés au Monument National. Faisant droit aux revendications légitimes des indiens sur ces terres qui leur ont été prises en 1942, le NPS signe un accord de coopération avec le gouvernement de la réserve indienne Pine Ridge en 1976, et les Badlands sont finalement promus au rang de parc national en 1978 et placé en partie sous l’administration conjointe du NPS et des tribus. 

Nous avons eu la chance d’apercevoir des bisons, une femelle Big Horn et de nombreux chiens de prairies que nous avons pu approcher à moins de 2 mètres (très impressionnant). Quand aux bisons, pas de question de les voir de près, les rangers nous ont prévenu de ne pas les approcher à moins de 25 mètres. Bien qu’ayant un air placide, ils sont très dangereux.

Photo aquarelle Dominique Leleu (lescaterinaontheroad)

La route panoramique Badlands Loop Road

Cette route serpente sur 37 km au sommet de la falaise du “mur” des Badlands, permettant de s’arrêter pour voir de nombreux panoramas et prendre quelques sentiers de randonnée de différentes longueurs.  Les points de vue les plus pittoresques sont situés plutôt situés vers l’entrée nord-ouest (Pinnacles Entrance). De notre cas, ils seront en fin de route. Cependant la route vers l’entrée d’Interior est pas mal non plus. Les sentiers les plus beaux sont par contre côté interior.

Voici quelques uns des points d’intérêt où nous nous sommes arrêtés.

Ce petit sentier permet de rejoindre le chemin de randonnée “Castle trail”. Attention glissade assurée…. et pays des serpents à sonnettes.

Le chemin de randonnée “Fossil exhibit trail”. Ce sentier de promenade entièrement propose des répliques de fossiles et des expositions de créatures aujourd’hui disparues qui parcouraient autrefois la région. Un chemin circulaire de 400 mètres accessible à tous.

Le Castle trail

Il s’agit de l’une des extrémités du plus long sentier du parc, qui commence dans l’aire de stationnement du sentier d’exposition des fossiles et parcourt cinq miles (4,8 km) pour se rendre au parking du sentier Door and Window. Relativement plat, le chemin longe certaines formations de badlands.

White River Valley Overlook

Ne rater pas ce magnifique panorama. Essayer de repérer la white river au fond de cette vallée.

Prairie wind overlook

Une des plus jolie prairie de l’ouest américain abritant de nombreux et accueillants chiens de prairie et quelques bisons.

Yellow Mounds Overlook

Pinnacles Overlook

Pinnacles Overlook

Après Pinnacle overlook, l’entrée du parc “ouest” est à quelques kilomètres. Si vous avez le temps et une voiture qui ne craint pas les routes non goudronnées, vous pouvez pousser jusqu’au camping “Sage creek”, à l’extrémité ouest du parc. Il parait qu’il y a un grand troupeau de bison dans ce coin. (à vérifier auprès des rangers). Vous devrez faire demi-tour ensuite pour sortir du parc à “Pinnacle enter” et aller en direction de Wall, la ville la plus proche pour se ravitailler en carburant et se restaurer.

%d blogueurs aiment cette page :